Zoom sur la filiale luxembourgeaoise de Petercam

85
Avec une activité d’administration de fonds et une activité commerciale tournée vers une clientèle privée, mais aussi institutionnelle, la filiale luxembourgeoise de Petercam vise une approche sur mesure des portefeuilles se rapprochant d’une gestion patrimoniale.

Groupe financier indépendant principalement présent au Benelux, Petercam a toujours su préserver une certaine vision originale de la banque privée, tant par une approche « produits » de premier plan récompensée par de nombreux prix, que par une approche « services » singulière où le gestionnaire est l’interlocuteur privilégié du client. Cette originalité est très certainement à l’origine de la forte croissance de ces dernières années. Qu’on en juge : alors que les actifs sous gestion s’élevaient à 12 milliards d’euros à la fin de l’année 2005, ils étaient de 18,8 milliards d’euros au 30 juin 2007. Petercam emploie 400 personnes, dont une cinquantaine sont dédiées à la gestion privée. « Notre taille nous permet d’avoir une relation privilégiée avec notre clientèle,» explique Michel Pinte, directeur de Petercam Luxembourg, pour qui l’activité de “private banker” va bien au-delà d’une gestion financière traditionnelle. « Pour chaque client, nous faisons du sur mesure, prenant en considération, après un long entretien, ses besoins, sa “fortune” et son niveau d’aversion au risque », précise-t-il.

 

De fait, le gestionnaire de portefeuille dédié se mue en gestionnaire de patrimoine, ce qui nécessite la maîtrise de multiples compétences qui vont bien au-delà de la gestion financière traditionnelle et qui permettent de proposer des solutions globales en matière de structuration du patrimoine. « L’essence de notre métier, poursuit Michel Pinte, consiste principalement à assurer la protection et la croissance du patrimoine de nos clients et la transmission de ce patrimoine. C’est pour cela que la connaissance du client et de ses besoins est au cœur de notre métier et passe éventuellement, mais pas obligatoirement, par l’utilisation de produits sophistiqués. » Cette vision plaît manifestement, puisque la croissance organique du nombre de clients et d’actifs gérés, au Luxembourg notamment, est en constante progression du fait d’un bouche-à-oreille efficace. « Nous n’imposons pas de “tickets d’entrée” à nos clients, qui ont toute latitude pour nous tester, même si un montant de 250 000 euros semble approprié », affirme Michel Pinte, pour qui le statut particulier du Luxembourg oblige cependant à contrôler sévèrement l’identité des clients potentiels.

 

Concernant le type de gestion, Petercam laisse le choix au client entre une gestion discrétionnaire ou une gestion assistée. Le portefeuille du client pourra se composer de placements individuels, de fonds de placement ou d’une combinaison des deux, sachant que Petercam propose également des fonds investis en fonds de tiers. La stratégie de placement de Petercam est clairement identifiée autour de certains axes qui font l’originalité de la banque dans ses prises de position. Tout d’abord, le processus décisionnel part d’une analyse macroéconomique (dite top-down) au niveau de l’allocation d’actifs conjuguée à une analyse microéconomique au niveau des choix de valeurs individuelles. Ensuite, la stratégie mise très clairement sur un horizon de moyen à long terme, ce qui conduit notamment à une stratégie actions stable. Troisième critère, la zone euro et plus généralement l’Europe sont les zones privilégiées où la société de gestion étudie une large sélection d’actifs dans les différents secteurs, avec des thèmes d’investissement dûment choisis. Parmi les produits phare, on peut citer, par exemple, la SICAV d’obligations à haut rendement Petercam L Bonds Higher Yield, qui a obtenu de nombreuses distinctions dans la presse financière. Et pour cause : avec une performance sur les 5 dernières années de 11,6 % par an, ce produit a connu une croissance forte générant jusqu’ici 2,5 milliards d’euros d’encours.

 

Parmi les thèmes d’investissement les plus prisés, notamment pour le fonds actions, la banque privilégie le thème de la convergence des économies d’Europe de l’Est. Créé en juillet 2005, le fonds Petercam Equity European Convergence a ainsi déjà drainé 170 millions d’euros d’encours avec une performance de 20 % par an. « Avec ses richesses de matières premières, l’accroissement du marché intérieur et la poursuite de l’installation des usines de l’Ouest européen en Europe de l’Est, cette zone va sûrement, explique Michel Pinte, connaître un boom dans les années à venir. C’est l’un de nos choix forts en termes d’investissement. » De même la banque a choisi de lancer, en octobre 2006, un fonds dédié au thème de l’énergie en général, mettant l’accent, non seulement sur les valeurs du pétrole et du gaz, mais aussi du transport de l’énergie et des sources d’approvisionnement alternatives (vent, soleil, etc.). Confirmant cette politique de choix forts, la banque envisage de compléter son offre par une approche sectorielle nouvelle, notamment par le lancement d’un fonds composé de valeurs de matières premières (agricoles et non agricoles). En revanche, fidèle à sa tradition de relative prudence vis-à-vis d’environnements et de régions éloignées, principalement aux États-Unis, où les fondamentaux de l’économie et de la devise n’apparaissent pas en mesure d’assurer des perspectives d’investissement intéressantes, la société opte pour une sélection rigoureuse de fonds de tiers.