La modernisation et la digitalisation des entreprises ont laissé place à l’émergence de nombreuses technologies de l’information et de la communication. Si ces nouvelles tendances ont permis des bénéfices certains pour les entreprises, celles-ci représentent une consommation d’énergie ayant un impact majeur sur l’environnement. Ignorée pendant de nombreuses années, la pollution informatique représente un des enjeux majeurs des sociétés.

Qu’est-ce que le Green IT ?

Selon greenit.fr, ce terme correspond à « l’ensemble des technologies de l’information et de la communication dont l’empreinte économique, écologique, sociale ou société a été volontairement réduite et/ou qui aident l’humanité à atteindre les objectifs de développement durable ».

Cela n’est plus à prouver, les TIC (technologies de l’information et de la communication) sont polluantes. En effet, tout au long de leur cycle de vie ils participent à la pollution de l’environnement (réchauffement climatique, émission de gaz à effet de serre…).

Selon une étude de The Shift Projet, les émissions de l’économie numérique pourraient représenter 8% de l’ensemble des émissions de CO2 d’ici 2025, soit un impact plus conséquent que ceux générés par les moteurs automobiles. Aux vues de l’évolution croissante des technologies, il convient alors de prendre en compte dès aujourd’hui le Green IT au sein des entreprises afin de limiter l’impact des NTIC sur l’environnement.

Les enjeux du numérique responsable

L’enjeu principale est de rendre l’utilisation des technologies bénéfique pour l’environnement et pour l’humain. Cela passe dans un premier temps par une volonté de réduire l’empreinte économique, sociale et environnementale du numérique. Dans un second temps, il est nécessaire de diminuer les nuisances du secteur du numérique à travers toutes les étapes du cycle de vie des produits ou solutions, de la conception à la fin de vie. Enfin, le dernier enjeu consiste à rendre le numérique accessible et éthique pour tous.

Quelles actions mettre en place pour un numérique plus responsable au sein des entreprises ?

Pour utiliser les technologies tout en respectant l’environnement, il convient d’intégrer cette démarche responsable au sein de sa stratégie globale en entreprise. Cela peut passer par différents aspects comme l’explique l’étude de WeGreenIt réalisée en 2018. Selon cette étude, des actions peuvent être mises en place tout au long du cycle de vie d’un produit ou service numérique à travers 3 principales phases :

1 – Réaliser une conception éco-responsable

Cette phase située en amont de la conception peut donner lieu à différentes actions afin d’assurer une éco-conception du numérique :

– Définir une politique d’achat responsable en achetant du matériel adapté aux besoins, de préférence reconditionné ou neuf éco-conçu ou certifié en optant pour du matériel ayant un bon indice de réparabilité. S’il s’agit d’un logiciel, il est nécessaire de demander à l’éditeur de s’engager sur une durée de fonctionnement du logiciel pour assurer sa pérennité

– Réaliser des projets dans une architecture fonctionne et technique urbanisée afin de ne pas faire de duplication des données ou services et ainsi mutualiser au maximum les infrastructures en limitant les ressources matérielles consommées inutilement

– Epurer l’interface graphique utilisateur tout en la rendant plus facilement compréhensible et donc plus ergonomique

– Favoriser l’innovation de rupture en limitant la définition des besoins au juste nécessaire afin d’éviter les développements inutiles et donc la consommation d’énergie

2 – Réduire les flux

Cette phase concerne l’utilisation des produits ou services au sein de l’entreprise. Pour s’inscrire dans une démarche Green IT, voici des exemples d’actions à mettre en place :

– Maîtriser le transport et le stockage des données tout en respectant la gouvernance des données et applications en ciblant les destinataires des mails, en nettoyant les listes de diffusion, en compressant les pièces-jointes, etc.

– Réduire les impressions en optant pour des imprimantes multifonctions et en les paramétrant en mode « éco », mais également en imprimante sur du papier recyclé et certifié, en achetant des cartouches recyclées, etc.

– Sensibiliser les utilisateurs en les intégrant aux projets

3 – Donner une nouvelle vie aux technologies

La dernière phase concerne l’aval de la fin de vie des produits ou services. Au sein de cette phase il s’agit de donner une nouvelle vie aux technologies à travers plusieurs actions :

– Allonger la durée d’utilisation des équipements

– Collecter les matériels en fin de vie pour les insérer dans une filière de traitement adaptée selon leur état

– Sensibiliser les utilisateurs à la règle de 4R (réduire, réparer, réemployer, recycler)

Quels bénéfices apportés par le Green IT ?

Le mise en œuvre d’une démarche Green IT permettra ainsi aux entreprises de réduire leur facture énergétique liée à l’usage des outils technologiques et de réduire l’impact environnemental lié à la consommation d’énergie et au cycle de vie du matériel. Ainsi, les entreprises pourront réinvestir ces économies dans d’autres secteurs à forte valeur ajoutée.

Au-delà des économies liées directement au cycle de vie d’un produit, de nombreuses actions peuvent à la fois veiller à réduire l’impact environnemental mais également à augmenter le confort des salariés, notamment à travers l’instauration du télétravail qui permet de réduire le nombre d’émissions de gaz à effet de serre en raison d’une suppression des trajets en voitures des salariés. Chaque action réalisée en faveur de l’environnement correspond donc à un pas vers l’éco-responsabilité, enjeu majeur du 21ème siècle.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur : WIIO