Qürieux : Penser aujourd’hui la formation de demain !

354

 Afin de capter l’attention et redonner l’envie d’apprendre, Qürieux réinvente la formation à travers des solutions d’immersive learning, au diapason des enjeux de notre époque. L’objectif ? Faire pétiller l’apprentissage !
Source : Informations Entreprise

Informations Entreprise : Depuis la promulgation de la loi pour la Liberté de choisir son Avenir Professionnel, la formation continue se retrouve au centre de toutes les attentions. Quelle est votre analyse ?

Antonin Sené, cofondateur de Qürieux (ndlr : photo) : La loi avenir professionnel a en effet profondément bouleversé le paysage de la formation, a mis l’accent sur différentes priorités et a permis de développer un développement fort des formations : formation des demandeurs d’emploi les moins qualifiés, des jeunes décrocheurs ou sortis du système scolaire sans qualification, développement de l’apprentissage, formation dans les TPE-PME…
La croissance du marché de la formation est de toute façon mécanique par essence. Avec l’avènement du digital, les impacts de la transition écologique, etc,  de nouveaux métiers émergent et l’obsolescence des connaissances est de plus en plus rapide, de nouveaux savoir-faire sont recherchés. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir comment accompagner cette montée en compétence, comme faciliter les reconversions, comment accompagner au mieux les parcours professionnels, comment «industrialiser l’individualisation des parcours de formation» ? Naturellement, la formation professionnelle se retrouve ainsi au cœur des enjeux.

Concernant l’aspect pratique de cette transmission du savoir, trois grandes tendances émergent aujourd’hui : la personnalisation des parcours de formation, dans le but d’adapter les cycles d’apprentissage aux besoins et aux contraintes de l’apprenant, l’approche pédagogique plurielle, basée sur des modalités et des formats hybrides capables de capter l’attention du stagiaire, et l’intensification de l’accompagnement, tout au long du parcours de formation.

À ces trois tendances, s’ajoute donc l’avènement du digital learning, qui présente l’avantage de s’adapter totalement aux nouveaux formats d’apprentissage. Mais attention, sur ce point, je tiens à pondérer mon propos. Le digital learning peut devenir un levier de performance majeur si et seulement si les organismes de formation revisitent leurs pratiques. Il ne s’agit pas de transposer les réflexes du présentiel au distanciel, mais bien de repenser sa proposition, en profondeur.

Dans ce sens, pouvez-vous nous présenter l’offre Qürieux ?

A.S. : Comme nous venons de l’évoquer, le secteur de la formation est donc en pleine mutation, les organismes de formation et les entreprises doivent se transformer et transformer rapidement leurs pratiques. Nous évoluons ainsi au sein d’un marché éclaté, où de nouvelles solutions apparaissent sans cesse. Le bémol est qu’aujourd’hui, la plupart des acteurs de la formation cherchent à «rentrer» par des outils. Au contraire, chez Qürieux, nous pensons que la pédagogie, l’usage final, les bénéficiaires doivent être au centre des préoccupations des acteurs ! Notre volonté est d’engager l’apprenant dans un véritable dispositif de formation.

Comment ? Principalement, à travers une démarche graphique et un véritable storytelling :
• l’approche par le design permet en effet de porter un arc pédagogique capable d’engager, de créer des émotions et d’ancrer les connaissances,
• le processus de storytelling permet de construire un arc narratif pour embarquer et engager les apprenants.

Bien évidemment, nous ajoutons à ce socle de l’ingénierie pédagogique afin de créer de l’attention. Ici, nous nous basons sur les recherches menées par Richard Thaler et Daniel Kahneman. Ces recherches ont permis de mettre en avant certains biais cognitifs et, de ce fait, notre capacité à les utiliser pour créer de l’attention et des boucles d’engagement.

Globalement, Qürieux a pour ambition de construire, grâce aux sciences cognitives, des parcours personnalisés, adaptés aux mécanismes cognitifs. Nos modules sont pensés par rapport aux cibles et à leurs besoins.

Cette approche sur mesure, mêlant à la fois immersive learning et sciences cognitives, prend donc forme en fonction des apprenants. Avez-vous des exemples concrets à nous communiquer ?

A.S. : Je prendrai ici deux exemples afin d’illustrer mon propos :

Le premier concerne l’un de nos clients, qui nous contacte afin de réaliser un module sur la prévention de la corruption dans le cadre de la mise en conformité avec la loi Sapin II. Le sujet étant assez lourd, ce groupe immobilier nous demande de créer une formation ludique, de 30 à 40 minutes. Ici, notre réponse a été de penser un escape game immersif réaliste, basé sur un système de «point & click», sous forme d’enquêtes et d’énigmes à résoudre. L’apprenant évolue ainsi dans différents lieux, à la recherche d’indices, tout en assimilant les enjeux de la loi Sapin II. Ce premier exemple illustre parfaitement notre capacité à embarquer l’ensemble de nos skills – gamification, storytelling, graphisme – de partie d’un cas réel afin de créer un parcours convaincant et efficace pour l’apprenant.

Pour ce qui est du deuxième exemple, nous avons répondu à un appel à projet de la caisse des dépôts portant sur la formation d’un public principalement constitué de migrants. L’objectif était de les outiller sur les premiers niveaux de français. Nous avions ici affaire à un auditoire qui ne parlait pas notre langue, et qui ne maîtrisait pas les outils digitaux. Tout l’enjeu du dispositif était donc de s’adapter à cette typologie d’apprenants. Nous avons ainsi réalisé un gros travail sur l’interface, l’ergonomie et sur la manière de distiller l’information. Ce qu’il en résulte ? La création d’une mini série web récréative, dont le scénario change en fonction des réponses apportées par les stagiaires.

Ces exemples permettent d’illustrer notre capacité à prendre en compte chaque type d’apprenant afin de créer un parcours personnalisé, au niveau de chacun. Bien évidemment, chaque formation que nous proposons suit une logique de prototypage ; un prototype, qui sera ensuite validé ou non par le client avant sa mise en circulation.

Quels sont vos projets ?

A.S. : Nous sommes aujourd’hui confrontés à une clientèle qui subit énormément de burn out. Beaucoup de nos clients nous challengent aujourd’hui sur notre capacité à aborder cette problématique. Dans ce sens, nous allons prochainement proposer une offre sur étagère afin d’accompagner nos clients sur ce sujet.

Par ricochets, nous abordons également la fidélisation des collaborateurs, qui devient une problématique majeure au sein des organisations. La marque employeur et les parcours d’unboarding sont aujourd’hui perçus comme des thématiques clés. De cette logique, Qürieux est actuellement en train de travailler sur de nouvelles offres adaptées, toujours dans le but de répondre précisément aux besoins de notre clientèle.

Sur le plan technologique, nous misons beaucoup sur la réalité virtuelle, la réalité augmentée et la réalité mixte qui permettent de reproduire des situations de travail, et de placer les stagiaires dans des environnements émotionnels proches de la réalité. Nous intégrons aussi les apports de l’intelligence artificielle notamment pour mieux individualiser les parcours et favoriser les ancrages mémoriels.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :  QÜRIEUX

Article précédentSevendreàsoimême : Pour un besoin de financement ou dans le cadre d’une succession, la vente à soi-même est un véritable atout
Article suivantLes entreprises françaises veulent participer à la reconstruction de l’Ukraine