Des chefs d’entreprise américains ont rencontré, le 27 mars dernier, le Président chinois Xi Jinping dans le cadre des derniers efforts déployés par Pékin pour encourager les investissements étrangers en Chine dans un contexte de tensions avec les États-Unis. Ces dirigeants et d’autres représentants de grandes entreprises internationales se trouvaient à Pékin à la fin mars à l’occasion du Forum annuel pour le développement de la Chine.

Des chefs d’entreprise américains ont rencontré le Président chinois Xi Jinping, dernière initiative en date de Pékin pour stimuler les investissements étrangers en Chine dans un contexte de tensions avec les Etats-Unis.

Stephen Schwarzman, fondateur de Blackstone, Cristiano Amon, Président et PDG de Qualcomm, Mark Carney, Président de Bloomberg, et Rajesh Subramaniam, Président de FedEx, figuraient parmi les participants.

Des rapports antérieurs décrivaient ces réunions comme un suivi du dîner de Xi Jinping avec des dirigeants d’entreprises américaines à San Francisco en novembre 2023, après la rencontre du Président chinois avec le Président Joe Biden. Cette année, le forum a coïncidé avec d’autres efforts visant à attirer les entreprises étrangères. Les autorités chinoises ont organisé un «Sommet de l’investissement en Chine» et ont officiellement assoupli les exigences autrefois strictes en matière d’exportation de données.

L’administration chinoise du cyberespace a officiellement publié de nouvelles règles, attendues depuis longtemps, qui éliminent la surveillance gouvernementale du partage d’informations à l’étranger si les régulateurs ne les ont pas classées dans la catégorie des « données importantes ». Ces règles sont entrées en vigueur immédiatement.

«Il s’agit d’une avancée significative en termes de transparence et nos entreprises membres disposent désormais de beaucoup plus de clarté alors qu’elles cherchent à se conformer à ces règles», a déclaré Sean Stein, Président de la Chambre de Commerce américaine en Chine, dans un communiqué.

«Ces changements renforcent notamment le rôle des régulateurs sectoriels pour déterminer quelles données doivent être considérées comme importantes dans leurs secteurs», a-t-il ajouté, «et présument également que les données ne sont pas importantes à moins qu’elles ne soient spécifiquement déclarées comme telles». Toutefois, les tensions géopolitiques, l’incertitude réglementaire et le ralentissement de la croissance économique ont rendu la situation plus difficile pour les entreprises étrangères en Chine.