Le Consul général de France à Karachi, Alexis Chahtahtinsky (il y a peu encore à Almaty au Kazakhstan), a déclaré que pour améliorer la coopération en matière de commerce et d’investissement entre la France et le Pakistan, il fallait multiplier les contacts entre les gouvernements et les communautés d’affaires des deux pays.

Il a déclaré que le Pakistan avait beaucoup à offrir aux entreprises françaises, mais qu’il y avait des défis à relever, notamment des restrictions sur l’envoi de fonds à l’étranger et des restrictions sur l’importation de marchandises qui rendraient difficile l’activité des entreprises étrangères, y compris celles de France.

«Nous espérons que ces limitations seront temporaires et que vous serez en mesure de trouver un moyen de sortir des crises actuelles et de la situation difficile. Nous pouvons regarder l’avenir avec optimisme car, malgré ces défis, Lucky Motors et Peugeot ont réussi au Pakistan, ce qui nous montre que nous pouvons avoir d’autres réussites», a-t-il ajouté lors d’un échange de vues avec les membres de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Karachi (KCCI).

Faisant référence à l’attentat du 8 mai 2002 qui s’est produit à l’extérieur de l’hôtel Sheraton à Karachi, où neuf ingénieurs français qui travaillaient au Pakistan pour construire des sous-marins ont été tués dans l’explosion d’une bombe dans la foulée des évènements du 11 septembre, il a avoué que cet épisode douloureux avait entraîné une diminution significative du nombre d’entreprises françaises opérant au Pakistan et avait créé une situation difficile.

«Nous essayons maintenant de revenir en arrière en prenant des mesures plus pragmatiques pour développer nos relations bilatérales en matière de commerce et d’investissement et nous nous appuyons sur des exemples de réussite, notamment dans le domaine économique et industriel. Des voitures françaises sont déjà assemblées au Pakistan, ce qui signifie que nous pouvons travailler ensemble et connaître d’autres succès de ce type.»

Il a estimé que le Pakistan était un beau pays qui offre de grandes possibilités touristiques et possède également des terres inexploitées très riches, tandis que Karachi, qui est le cœur de la vie économique du pays, peut offrir beaucoup aux entreprises françaises.

Il a également mentionné que la France a été parmi les premières nations à réagir aux inondations dévastatrices subies par le Pakistan. Le premier groupe de sauveteurs français est arrivé dans le Sind en août et a apporté des pompes pour sauver les sous-stations submergées, tandis que le second groupe d’ingénieurs militaires est également arrivé à la mi-octobre avec un grand équipement pour convertir l’eau sale en eau potable, ce qui était un grand signe de solidarité.

D’autres discussions auront lieu dans d’autres forums sur la manière d’aider le Pakistan, notamment lors de la conférence des donateurs qui aura lieu l’année prochaine, une fois que le Pakistan aura présenté un plan de reconstruction.

Le Président de la CCIK, Mohammed Tariq Yousuf, tout en souhaitant la bienvenue à la délégation française, a déclaré que les relations diplomatiques entre le Pakistan et la France étaient basées sur la coopération en matière de défense, la stimulation du commerce, de l’économie et des investissements, ainsi que le développement des liens en matière d’éducation.

Cependant, malgré l’accord entre le Pakistan et la France sur la promotion et la protection réciproque des investissements signé en 1983, la part des IDE nets français n’était que de 36,50 millions de dollars pour l’année fiscale 22, ce qui devrait être amélioré à un niveau raisonnable.

Il a noté que le commerce entre le Pakistan et la France était légèrement en faveur du Pakistan, puisque les exportations vers la France s’élevaient à 531,60 millions de dollars pour l’année fiscale 22, contre 435,47 millions de dollars pour l’année fiscale 21, soit une croissance de 22% sur une base annuelle, tandis que les importations atteignaient 515,59 millions de dollars pour l’année fiscale 22, contre 349,55 millions de dollars pour l’année fiscale 21, soit une croissance de 47,50% sur une base annuelle.

Il a estimé que la France, en tant que fournisseur majeur d’équipements de défense, de machines et d’électronique, peut coopérer à l’établissement d’industries au Pakistan en utilisant la main-d’œuvre à faible coût disponible ici et en aidant au transfert de technologie.

En fin de compte, le Président de la CCIK a apprécié la délégation de français pour leurs efforts remarquables visant à renforcer les liens économiques bilatéraux entre le Pakistan et la France et a étendu le plein soutien et la coopération de la CCIK pour approfondir les liens bilatéraux en matière de commerce et d’investissement.

Le premier vice-président Touseef Ahmed, le vice-président Muhammad Haris Agar, le président du sous-comité de liaison des missions diplomatiques et des ambassades Ziaul Arfeen, les anciens présidents Majyd Aziz et Iftikhar Vohra ainsi que les membres du comité de gestion de la CCIK étaient également présents à cette occasion.