Les Chambres de Commerce et d’Industrie du Nord du Portugal, de Galice, des Asturies, de Cantabrie, de Burgos, de Navarre et du Pays basque (Espagne) et de Nouvelle Aquitaine (France) souhaitent créer la macrorégion Arc Atlantique afin d’avoir plus de visibilité et de renforcer leur position en tant que territoire plus compétitif, plus durable, plus attractif et plus influent. Ensemble, elles souhaitent faire avancer des projets communs dans les domaines de la transition écologique et énergétique et des technologies numériques.

Ces organisations ne veulent pas être laissées pour compte en matière de développement économique par rapport à d’autres Chambres de Commerce et d’Industrie dans d’autres régions européennes. «La partie sud de l’Europe a eu plus d’incitations du point de vue des politiques publiques de l’Union européenne que ces Chambres du nord de l’Europe et de l’espace atlantique», a déclaré Paulo Vaz, vice-président de l’Association des entreprises portugaises (AEP), en marge de la 2e conférence des Chambres de Commerce et d’Industrie de l’Arc atlantique.

«L’objectif de cette conférence est de stimuler une coopération plus dynamique entre ces chambres de commerce, de trouver des axes de développement pour lancer des projets communs et structurants qui permettent de promouvoir ces régions, par exemple dans les domaines de la transition numérique. Il faut que nous ayons cette notoriété pour que les politiques publiques s’occupent de nous comme elles l’ont fait pour d’autres régions, notamment en Méditerranée et dans le sud de l’Europe, qui ont un avantage» a insisté Paulo Vaz.

L’espace sud-européen a bénéficié de plus d’incitations du point de vue des politiques publiques de l’Union européenne que les Chambres du nord de l’Europe et de l’espace atlantique.

Le réseau des Chambres de Commerce de l’Arc Atlantique a été créé suite à un mémorandum d’entente signé le 21 juin 2023 à Bilbao, avec l’intention de renforcer la coopération de ces entités et de transformer l’Arc Atlantique en un territoire plus attractif, dynamique, ouvert, connecté, compétitif et durable.

Lors de la session, la commissaire européenne chargée de la cohésion et de la réforme, Elisa Ferreira, a estimé que l’existence de ce réseau de coopération était importante. «Il y a beaucoup d’intérêt entre les différentes régions ; dans ce cas, il y a une coopération de longue date entre le nord du Portugal et la Galice. Les Chambres de Commerce et les associations d’entreprises ont elles-mêmes décidé de se réunir et d’établir des mécanismes de coopération», a-t-elle déclaré.

Elisa Ferreira précise également que tous ces projets «ont des éléments communs, par exemple l’innovation dans les nouvelles technologies d’énergie propre ou l’innovation technologique de ces régions, et qu’il existe déjà une coopération entre elles, notamment dans la gestion des ports et d’autres infrastructures afin d’accroître le potentiel et l’attractivité».

Ces projets sont ensuite financés par des fonds européens. «Une grande partie de la coopération est financée par les fonds structurels, en particulier le programme européen Interreg. Bien que la coopération entre ces Chambres de Commerce existe déjà, elles veulent se développer et transformer cette coopération en quelque chose de plus large, de plus politiquement établi, qui sont les macrorégions, et elles doivent convaincre leurs gouvernements de le faire», a-t-elle insisté.

La création d’une macrorégion implique un processus plus bureaucratique et plus long. «La proposition de création de la macrorégion sera d’abord soumise à l’approbation du Conseil de l’Union européenne, qui est l’organe où siègent les premiers ministres des pays concernés, car les Chambres de Commerce doivent soumettre leur approbation aux 27 membres pour créer une macrorégion. Cette proposition est ensuite transmise à la Commission européenne, qui l’analyse, donne son avis et, en principe, la confirme», précise-t-elle. «Leur ambition est de se développer et de transformer ces coopérations en quelque chose de plus large, de plus politiquement établi, et ils doivent convaincre leurs gouvernements de le faire.»